•  "Les murs sont moins oppressants quand ils ne sont pas là, on respire mieux. Mais on se sens pris au piège comme un miserable petit rat.
    (soupir) Tout ç pour en arriver là... J'ai vécu sept vies à la fois. J'ai été la Puissance et l'Extase de ma mort. J'ai été Dieu pour un Dieu...
    Maintenant, je suis prisonnière sur un toit et d'une coquille humaine. C'est étrange. Ici et maintenant, dominant les humains beaucoup trop dépressifs, j'empeste l'humanité. Votre monde est tellement petit! Et pourtant, vous vous enfermez dans des pièces encore plus exigües. Vous vous enfermez à l'interieur de petites boîtes de routine. Il y a des choses pire que les murs, terribles... et magnifiques.
    Et si nous les regardons trop longtemps, et beaucoup trop près, nous brûlerons jusqu'aux entrailles... Une vérité intolérable au quotidien. Vous êtes si faibles...."
                                                
                                                                      (à suivre...)


    5 commentaires



  • "Toute la magie de l'amour s'envole dans le sommeil :
    On s'endort avec un prince,
    On se réveille avec un crapaud."

    1 commentaire


  • " Je ne peux pas repartir. Ce n'est pas possible. J'ai exploré toutes les autres dimensions à ma guise.
    J'ai traversé des mondes de fumée et des mondes de demi vérités intangibles, des mondes de tourments et d'ineffables beautés.
    Splendides tours d'opaline hautes comme des petites lunes;
    Glaciers ondulant de désirs insensés;
    Et un monde uniquement peuplé de farfadets.
    De celui-là, je me suis vite lassée.

    C'est trop petit ici! Beaucoup trop petit!
    Comment pouvez-vous vivre ici?
    Il n'y a pas d'air, pas de place!"
                                                                      (à suivre...)


    6 commentaires

  • Hypocondriaque à ce qu'on dit
    Je fais de tout une maladie
    Je suis un microbe, un nid de bactéries
    À moi seule une épidémie.

    Malade pour un rien
    Je m'angoisse et je flippe
    Pour l'Humanité tout entière
    Malade comme un chien
    Je porte l'homme en grippe
    Son cœur en froid
    Son âme en guerre

    Trop faible pour avoir la force
    De m'éloigner du feu
    Je tremble à l'idée d'être un homme
    D'être comme eux

    On souffre le martyre
    De tout le mal qu'on se donne
    À qui la faute ?
    On souffre le martyre
    De tout le mal qu'on se fait
    J'ai mal aux autres

    Hypocondriaque
    Moi, j'ai choisi de me battre
    Au fond de mon lit
    Si la haine s'attrape
    Comme une maladie
    Comme la peste
    Moi, je la fuis.

    Je ferai sûrement
    Moins de bruit
    Moins de tort
    Moins de mal
    En faisant le mort

    Tant pis pour moi
    Si l'on me traîte par le mépris
    Tant pis pour moi
    Tant que l'homme est son propre ennemi

    J'ai mal ici
    Mal ailleurs
    J'ai pris le monde en horreur
    Mal dans ma peau
    Mal au cœur
    Docteur, docteur !
    Mal à l'aise
    Marre de cette vie
    Marre de ce monde
    À l'agonie
    Piquez-le !
    Tant pis pour lui !

    Je souffre le martyre
    Plus d'amis, plus de plaisir
    Mon cas m'isole
    Camisole ...


    4 commentaires

  • Dernier regard sur le monde.

    Mes yeux sont cernés de noir,
    Un voile de desespoir,
    Un battement de paupières
    Rappelant que tout est éphémère...

    L'iris éclate,
    Tandis que la pupille se dilate
    Dans l'obscurité des cils,
    Sur des paroles fébriles...

    Un dernier regard,
    Il se fait trop tard,
    Un dernier soupir,
    Sur larmes de désir...

    4 commentaires